Déployée en France depuis 2020, présentée par le Gouvernement et les opérateurs de téléphonie comme facteur de progrès technologiques, d’efficacité en termes de débit et de latence dans les usages du quotidien, la technologie 5G suscite néanmoins de nombreuses interrogations: en matière environnementale, d’éthique, de santé.

La ville de Villejuif a demandé au Président de la République un moratoire, en attendant la parution d’études sanitaires et environnementales, dont celle attendue de l’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (Anses).

La municipalité s’est engagée auprès des Villejuifois à mettre en place une information sur le déploiement de la 5G, avec une série d’initiatives qui permettent de lancer une réflexion collective: forum en ligne, sondage, balades urbaines, conférences-débats.

Un pouvoir de contrôle limité

La Municipalité n’a que peu de pouvoir quant à l’installation des antennes, qui est règlementée par les autorités de l’État.
Le Maire veille cependant au respect des règles d’urbanisme et de protection
pour éviter l’installation d’antennes à proximité d’une école par exemple, et vise les demandes de mesure formulées par les habitants à l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences), ou la saisit lui-même s'il craint une zone à risques de surexposition aux ondes électromagnétiques.

La Ville reçoit des Dossiers d’Information Mairie (DIM), et dispose de 8 jours pour demander des simulations de mesures d’exposition aux ondes, et d’un mois pour diffuser l’information, mais n peut refuser l’implantation d’une antenne.  

Participez aux comités citoyens

Après différents temps d'informations (conférences, sondages, temps citoyen...), la Ville vous invite dorénavant à participer aux comités citoyens. Ils vous permettront d’être régulièrement informé de l’implantation des nouvelles antennes 5G et de la couverture du réseau mobile sur la ville.
Ce comité qui se réunira deux fois par an sera composé exclusivement des citoyens et des services municipaux.

Les ressources

Les vidéos de la 1ère conférence-débat

5G: quel choix de société?
 

Introduction et résultat du sondage

Intervention de Pierre garzon, maire de Villejuif

Intervention de Pascal Pagnoux, Chef du service régional au sein de l’Agence nationale des Fréquences

Intervention de Jean-Luc Sallaberry, Fédération nationale des collectivités concédantes régies

Intervention de Malika Kacimi, conseillère municipale déléguée à la ville numérique

Les vidéos de la 2de conférence-débat

Environnement, éthique et 5G: quel choix de société?
 

Introduction et résultat du sondage

Intervention de Malika Kacimi, conseillère municipale déléguée à la Ville connectée, l'Accessibilité et la Démocratie numérique

Intervention de Nadjib Ait Saadi, enseignant-chercheur à l'Université Paris-Saclay et à l'EFREI Paris

Intervention d'Irénée Régnauld, association Le Mouton Numérique

Intervention d'Hervé Corne, association Agir à Villejuif

Intervention d'Alexandre Mazel, Innovation Director - Concept & Exploration à SoftBank Robotics Europe (leader mondial de la robotique humanoïde)

Intervention de Gauthier Roussilhe, chercheur en impacts environnementaux du numérique

Conclusion de Malika Kacimi, conseillère municipale déléguée à la Ville connectée, l'Accessibilité et la Démocratie numérique

Un temps citoyen en Conseil Municipal

Le 20 mai 2021, un Temps Citoyen autour de la 5G a été organisé en préambule du Conseil Municipal.

Commentaires

 
  • Hervé CORNEle 05 avril 2021 à 18:29

    L'intervention de Jean-Luc SALLABERRY était plus claire et plus intéressante que celle de son prédécesseur. Elle appelle cependant plusieurs remarques.
    L'intervenant explique que les opérateurs ont créé une offre pour générer un besoin, correspondant à l'achat de nouveaux téléphones compatibles avec la 5G. Cela permet aussi à l’État de percevoir de nouvelles redevances. Il montre également que les particuliers n'en retirent pas de bénéfice, excepté dans les zones urbaines très denses, que les bénéfices vont aux opérateurs en termes de gestion de leurs fréquences (et, s'il ne le dit pas, d'augmentation du prix de leurs abonnements...). La conclusion qui paraîtrait logique, c'est le rejet de cette technologie qui n'apporte rien à l'usager. Mais Monsieur SALLABERRY appelle de ses vœux la prise en compte des besoins réels des usagers par les opérateurs, et dit que les usages mis en avant (objets connectés, véhicules autonomes) ne sont pas matures. Ce qui signifie que cette nouvelle technologie serait acceptable quand ils seront matures. Ce qui demanderait à être démontré !
    Concernant les usages pour les collectivités, comme les municipalités, il n'a parlé d'aucun en réponse à une question sur cet aspect. Cela signifie-t-il qu'il n'y a aucun intérêt pour une mairie ?
    Enfin, concernant les avantages pour les usagers en zone urbaine dense, il disait au début de son intervention que le débit est 2 fois plus élevé en 5G qu'en 4G. Mais en réponse à la question à propos de l'article du Monde, il dit que l'usager ne voit quasiment pas d'amélioration. En fait, l'article du Monde auquel il était fait allusion relatait une expérience effectuée dans toute l’Île-de-France, avec 50 points de mesure, un téléphone connecté en 4G, un autre en 5G, et les résultats relatés par les journalistes étaient les suivants : aucune différence pour les usages courants (navigation sur le net, messagerie électronique, réseaux sociaux, VOD, Google Earth). Concernant le chargement de documents lourds (jeux, films), l'opération a été plus rapide (jusqu'à 5 fois) dans 60% des cas, mais moins rapide dans 20% d'entre eux ! De plus, le débit montant, c'est-à-dire la rapidité d'expédition de documents, est moindre en 5G qu'en 4G. Il semble raisonnable d'en tirer la conclusion qu'effectivement, pour l'usager, l'intérêt est plus que limité, et ne justifie pas l'investissement dans un nouveau matériel, et un abonnement plus coûteux. Autant le dire franchement !
    Et ceci, évidemment, indépendamment des problèmes sanitaires dont j'ai dit quelques mots dans mon autre contribution.

  • Hervé CORNEle 03 avril 2021 à 19:23

    Bonjour,
    La conférence de Pascal PAGNOUX appelle de nombreuses remarques et critiques.
    Il commence son propos en disant qu'il ne va pas parler rotationnels, gradients ou divergents. Pourquoi citer des outils mathématiques que pas grand monde ne connaît ? Pour faire comprendre qu'il est très savant, beaucoup plus que ses auditeurs, qui sont en conséquence priés de croire tout ce qu'il dit.
    Il annonce ensuite qu'il faut faire un peu de physique, mais il ne donne aucun élément pour expliquer de quoi il s'agit quand il parle de fréquence, de puissance, de longueur d'onde, etc. La seule tentative d'explication concerne le champ électromagnétique, pour lequel il fait appel à une pile d'un mètre de long et de tension 1 volt. Mais c'est de la fausse vulgarisation, cela n'a pas de sens physique, puisque cela ne permet en rien de comprendre qu'il s'agit d'ondes électromagnétiques, et qu'elles se propagent dans l'atmosphère et même dans le vide (pensons aux liaisons par satellite).
    D'ailleurs, il ne mentionne jamais que les ondes de la téléphonie mobile sont des ondes pulsées. Jamais la radio ni la télévision n'ont provoqué les problèmes que rencontrent actuellement les personnes électrosensibles. C'est leur caractère pulsé qui est en cause dans ces nouvelles technologies. De ce point de vue, la 5G se rajoute aux générations précédentes, pour augmenter toujours plus les niveaux de champ auxquels nous sommes confrontés. Devinez de qui est la citation ci-dessous : « Des associations positives ont été observées entre des expositions aux ondes de téléphones sans fil, et des gliomes et des neurinomes acoustiques ». Ce n'est ni Greenpeace, ni France Nature Environnement, c'est le Centre International de Recherche sur le Cancer, qui dépend de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
    Le représentant de l'ANFr a beau jeu de remarquer que les niveaux mesurés, au plus de 6V/m environ, sont bien inférieurs aux limites réglementaires, 61V/m maximum. Cette valeur a été déterminée de telle façon qu'elle ne puisse jamais être atteinte ! Mais l'OMS classe les ondes de la téléphonie mobile comme « possiblement cancérigènes », préconise un niveau de champ maximum de 0,6V/m dans un premier temps, pour aller vers 0,1V/m. Les 6V/m dont parle Monsieur PAGNOUX, et que l'association Agir à Villejuif a pu mesurer par exemple dans la rue Louise Michel, vont bien au-delà de ces recommandations !
    Observons certaines incohérences dans le discours : les ingénieurs de l'ANFr ne sont pas des médecins, ils ne peuvent parler que du respect de la réglementation concernant les effets thermiques des ondes (eh oui, ce sont des micro-ondes, comme celles qui nous servent à réchauffer la pizza !), ils ne disent rien des effets « que l'on peut imaginer sur le cerveau ». Mais alors, pourquoi dire aux ados qu'ils doivent tenir les écouteurs loin de la tête (il veut sans doute parler du téléphone lui-même, parce que les écouteurs filaires ne posent pas de problème) ? Pourquoi dire dans sa conclusion qu'il faut utiliser le kit main-libre ? Ce n'est pas l'effet thermique qui est alors en jeu, mais l'effet sur le cerveau, et pourquoi pour les ados ? Parce que le cerveau est encore en construction, donc plus sensible aux perturbations extérieures ! Et pourquoi mentionner le décret de 2002 qui impose aux opérateurs d'optimiser leurs émissions à moins de 100 m des établissements de santé, des crèches et des écoles, si ce n'est parce qu'ils sont plein de personnes plus sensibles que la moyenne de la population ?
    En conclusion, n'allez pas chercher votre information uniquement chez l'ANFr, qui est une agence d’État. Et l’État, en la personne de son chef, nous a rappelé récemment qu'il roule pour les opérateurs de téléphonie mobile (entre autres !) : si on est contre la 5G, c'est qu'on refuse le progrès, qu'on est des Amish, donc que notre parole ne vaut rien...

  • Hervé CORNEle 03 avril 2021 à 19:22

    Bonjour,
    La conférence de Pascal PAGNOUX appelle de nombreuses remarques et critiques.
    Il commence son propos en disant qu'il ne va pas parler rotationnels, gradients ou divergents. Pourquoi citer des outils mathématiques que pas grand monde ne connaît ? Pour faire comprendre qu'il est très savant, beaucoup plus que ses auditeurs, qui sont en conséquence priés de croire tout ce qu'il dit.
    Il annonce ensuite qu'il faut faire un peu de physique, mais il ne donne aucun élément pour expliquer de quoi il s'agit quand il parle de fréquence, de puissance, de longueur d'onde, etc. La seule tentative d'explication concerne le champ électromagnétique, pour lequel il fait appel à une pile d'un mètre de long et de tension 1 volt. Mais c'est de la fausse vulgarisation, cela n'a pas de sens physique, puisque cela ne permet en rien de comprendre qu'il s'agit d'ondes électromagnétiques, et qu'elles se propagent dans l'atmosphère et même dans le vide (pensons aux liaisons par satellite).
    D'ailleurs, il ne mentionne jamais que les ondes de la téléphonie mobile sont des ondes pulsées. Jamais la radio ni la télévision n'ont provoqué les problèmes que rencontrent actuellement les personnes électrosensibles. C'est leur caractère pulsé qui est en cause dans ces nouvelles technologies. De ce point de vue, la 5G se rajoute aux générations précédentes, pour augmenter toujours plus les niveaux de champ auxquels nous sommes confrontés. Devinez de qui est la citation ci-dessous : « Des associations positives ont été observées entre des expositions aux ondes de téléphones sans fil, et des gliomes et des neurinomes acoustiques ». Ce n'est ni Greenpeace, ni France Nature Environnement, c'est le Centre International de Recherche sur le Cancer, qui dépend de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
    Le représentant de l'ANFr a beau jeu de remarquer que les niveaux mesurés, au plus de 6V/m environ, sont bien inférieurs aux limites réglementaires, 61V/m maximum. Cette valeur a été déterminée de telle façon qu'elle ne puisse jamais être atteinte ! Mais l'OMS classe les ondes de la téléphonie mobile comme « possiblement cancérigènes », préconise un niveau de champ maximum de 0,6V/m dans un premier temps, pour aller vers 0,1V/m. Les 6V/m dont parle Monsieur PAGNOUX, et que l'association Agir à Villejuif a pu mesurer par exemple dans la rue Louise Michel, vont bien au-delà de ces recommandations !
    Observons certaines incohérences dans le discours : les ingénieurs de l'ANFr ne sont pas des médecins, ils ne peuvent parler que du respect de la réglementation concernant les effets thermiques des ondes (eh oui, ce sont des micro-ondes, comme celles qui nous servent à réchauffer la pizza !), ils ne disent rien des effets « que l'on peut imaginer sur le cerveau ». Mais alors, pourquoi dire aux ados qu'ils doivent tenir les écouteurs loin de la tête (il veut sans doute parler du téléphone lui-même, parce que les écouteurs filaires ne posent pas de problème) ? Pourquoi dire dans sa conclusion qu'il faut utiliser le kit main-libre ? Ce n'est pas l'effet thermique qui est alors en jeu, mais l'effet sur le cerveau, et pourquoi pour les ados ? Parce que le cerveau est encore en construction, donc plus sensible aux perturbations extérieures ! Et pourquoi mentionner le décret de 2002 qui impose aux opérateurs d'optimiser leurs émissions à moins de 100 m des établissements de santé, des crèches et des écoles, si ce n'est parce qu'ils sont plein de personnes plus sensibles que la moyenne de la population ?
    En conclusion, n'allez pas chercher votre information uniquement chez l'ANFr, qui est une agence d’État. Et l’État, en la personne de son chef, nous a rappelé récemment qu'il roule pour les opérateurs de téléphonie mobile (entre autres !) : si on est contre la 5G, c'est qu'on refuse le progrès, qu'on est des Amish, donc que notre parole ne vaut rien...

  • Isabellele 01 avril 2021 à 11:24

    Bonjour, Beaucoup de questions posées hier lors de la présentation de l'ANFR. Pourriez vous leur poser et nous donner les réponses sur ce forum ? merci

  • Isabellele 31 mars 2021 à 16:40

    Pour alimenter le débat :
    https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Un-projet-d-antenne-relais-au-centre-d-entrainement-de-lorient-rejete/1235965?fbclid=IwAR0V7e5SBVNzC8YstmX30WPm20ukCJw53LJ4LHGnGGM7jH9IIkg2iVmYMwM

  • Isabellele 31 mars 2021 à 16:31

    Nous les habitants de la rue Louise Michel, nous refusons l'installation de la moindre antenne 5G dans notre quartier. Nous avons déjà 10 antennes 2G 3G 4G à moins de 18 mètres de hauteur, proche de l'école Simone Veil. Nous refusons catégoriquement une nouvelle Implantation.

  • Martinle 31 mars 2021 à 13:40

    Merci de cet espace d'expression,
    Est-ce que la ville a prévu d'utiliser la technologie 5G pour ses services ? (Circulation, vidéosurveillance etc par exemple ???)

  • Superjumpmanle 31 mars 2021 à 13:38

    Bonjour merci pour ces informations,
    Comment se traduit concrètement le moratoire du déploiement demandé au Président par la Ville de Villejuif ? Est-ce que cela signifie que le déploiement est arrêté dans la ville ? et si oui à quelle échéance ?

  • Malika KACIMIle 31 mars 2021 à 09:59

    Participez à la concertation citoyenne sur la 5G à Villejuif en répondant au sondage, en participant au web conférence et aux ballades urbaines et en donnant votre avis sur le présent forum.

 
Publier un commentaire
Validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série.

  • D
  • F
  • 8
  • 5
  • D
  • N
  • W
  • P

*Champs obligatoires

Aller en haut de page