La ville de Villejuif souhaite promouvoir la marche à pied et la pratique du vélo, une volonté clairement exprimée dans son Plan Local d’Urbanisme : "Faciliter la vie des piétons et des cyclistes en repensant la place de la voiture".

Un objectif qui s’inscrit pleinement dans l’une des actions du Plan de déplacements urbains Ile-de- France : "Donner un nouveau souffle à la pratique du vélo ». L'arrivée des vélos en libre-service Vélib' permet de répondre à la problématique de l’intermodalité avec les pôles de transport et d’attractivité.

En 2015, la municipalité a adopté son Plan Vélo, suite à un diagnostic sur la cyclabilité à Villejuif (soit le degré d’adaptation de la ville aux vélos) et une étude pour améliorer les déplacements.

"Aujourd’hui, la cyclabilité est plutôt faible, un constat qui n’était pas une surprise pour les cyclistes ayant participé à la réunion de concertation" précise le cabinet Kremers, auteur de l’étude. Pourtant, un habitant sur six est âgé de moins de 25 ans et les distances pour parcourir la ville sont propices au vélo, au maximum 3,3km soit une quinzaine de minutes à vélo. Par ailleurs les côtes à gravir "ne représentent qu’une petite partie du territoire" et ne sont pas de nature à décourager "un cycliste un peu rodé", ajoute ce spécialiste.

Cette étude a permis d’identifier des priorités et un plan d’actions afin de prendre en considération les cyclistes et de développer l’usage du vélo sur le territoire :

  • réduction de la vitesse en ville, notamment sur l'ensemble des axes secondaires, avec la création de zones 30 et de zones de rencontre
  • mise en place du double-sens cyclable
  • mise en place du cédez-le-passage cycliste au feu rouge
  • amélioration et l'extension du réseau de voies cyclables
  • amélioration de l'offre de stationnement pour les vélos, sur l'espace public (notamment aux abords des gares et groupes scolaires) et au sein des logements collectifs
  • actions de communication, d'initiation et de sensibilisation

Limiter la vitesse

Les 4 scenarios proposés pour le développement de la pratique du vélo insistaient tous sur la nécessité de diminuer la vitesse de circulation pour favoriser le partage de la voirie entre voitures, vélos et piétons. Le scenario adopté prévoit :

  • Une vitesse limitée à 50km/h sur les 4 grands axes structurants
  • Une vitesse limitée à 30 km/h par l’installation de « zones 30 » dans toutes les autres voies
  • Une vitesse limitée à 20 km/h dans le centre-ville et dans les impasses.

Pour faire respecter les limitations, au choix : ralentisseurs, plateaux, stationnement alterné pour créer des chicanes, mais aussi l'expérimentation de de bacs à fleurs ou autres éléments amovibles pour ralentir ou encore d'un marquage au sol, plus lisible que des panneaux.

"On ne roule déjà que rarement à 50 km/h en moyenne en ville et une vitesse réduite à 30 km/h peut même fluidifier le trafic. Dans les zones limitées à 20 km/h, dites de rencontre, le piéton est toujours prioritaire sur les voitures comme les vélos. Or une des particularités de Villejuif est le nombre d’impasses où les voitures ne roulent déjà pas vite : limiter à 20km/h revient à reconnaître la spécificité des impasses et à favoriser l’apprentissage du vélo pour les enfants".

Continuité cyclable : aider le cycliste à mieux circuler

Au-delà des pistes cyclables seront créées de véritables continuités cyclables, c’est-à-dire des itinéraires vélos qui constitueront à terme un réseau cyclable sur l’ensemble de la commune, constitué d’un réseau structurant et ses itinéraires complémentaires, afin de permettre aux cyclistes de sillonner la ville à vélo :

  • Pistes et bandes cyclables, rues calmes et voies pour piétons et cyclistes
  • Double-sens cyclables autorisés sur toutes les voies à 30 et 20 km/h (sauf indication contraire).
    Les cyclistes empruntent le chemin le plus direct et sont plus visibles des automobilistes qui les croisent de face dans les rues en sens-interdit.
  • Cédez-le-passage aux feux rouges pour les cyclistes qui, dans le respect des priorités, peuvent tourner à droite sans mettre pied à terre.
  • Espaces de stationnement réservés aux vélos plus nombreux. 

La Communauté d'Agglomération de Val de Bièvre (CAVB) et le Conseil Général du Val-de-Marne présentent, au travers respectivement de leur Plan de Déplacement Local (PDL) et leur guide « À vélo en Val-de-Marne » les aménagements prévus en terme de pistes cyclables, piétons et transports en commun pour son territoire, jusqu’en 2015.

Aller en haut de page