Futur arrondissement du Grand Paris, Villejuif sera reliée à la Capitale par 2 lignes de métro, permettant de rejoindre Châtelet en 12 minutes ou l'aéroport d'Orly en 10 minutes.
Avec une rame toutes les 2 à 3 minutes et une vitesse de circulation de 55 km/h en moyennes, le réseau du Grand Paris Express va profondément modifier les déplacements franciliens.

2 lignes et 2 gares pour Villejuif

De la gare de Pont-de-Sèvres à la gare de Noisy-Champs, la ligne 15 Sud parcourt 33 km et comprend 16 gares, de Pont-de-Sèvres à Noisy-Champs. Elle dessert 22 communes des départements des Hauts-de-Seine, du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et de la Seine-et-Marne. A terme, la ligne 15 Sud devrait permettre près de 300.000 voyages quotidiens.
La ligne relie à terme autour de Paris l'ensemble de la petite couronne sans avoir besoin de traverser la Capitale.

A Villejuif, 2 nouvelles gares vont voir le jour, toutes deux desservies par la ligne 15 Sud :

  • La gare Villejuif - Gustave Roussy, située à proximité de l'IGR et du parc des Hautes-Bruyères, et reliée à la ligne 14, en cours de prolongation. Cette gare sera l’un des points d’interconnection majeurs du réseau du Grand Paris Expres
  • La gare Villejuis - Louis-Aragon, où la ligne 15 Sud sera reliée au pôle Louis-Aragon actuel, englobant la ligne de métro 7, le réseau des bus et le tram T7.
     

Travaux des gares: quel impact sur mon quotidien?

Des dessertes de bus modifiées

Un agent de proximité de la Société du Grand Paris est présent en alternance sur les chantiers des deux gares pour répondre à vos questions et faciliter la communication en cas de difficulté.
N’hésitez pas à le solliciter : Mathieu Roze - 06 46 90 78 36

Plusieurs lignes de bus vont voir leurs dessertes modifiées, parmi lesquelles les lignes 172, 380 et le Noctilien.
Les modifications d'arrêts et déviations sont communiquées par la RATP et relayées par la Ville.

Circulation routière : changements de cap !

Autour de la gare Louis Aragon, deux voies principales sont partiellement fermées à la circulation, entraînant plusieurs déviations et mises en sens unique autour du chantier : avenue de la République, rue Jean Jaurès, avenue de Stalingrad, avenue Louis Aragon.

Vos commerces restent ouverts

Pendant la durée des travaux, les nombreux commerces situés aux abords du chantier de la gare continuent à vous accueillir.
La Société du Grand Paris met tout en oeuvre pour assurer l'accessibilité à vos commerces de proximité et réduire au maximum les nuisances générées par les travaux. Le comité de suivi de chantier veille à harmoniser l’intervention des entreprises concernées, éviter les nuisances auprès des riverains et des commerçants, garantir la sécurité et informer le grand public. La borne informative avec l'hologramme Ed'Gare est également là pour vous renseigner.

2018 : la construction des gares est lancée !

Le creusement de la gare Villejuif Gustave Roussy a débuté pendant l’été 2017, et celui de la gare Villejuif Louis-Aragon à l’automne 2017.

Pour réaliser les gares du Grand Paris Express, la première étape consiste à réaliser les parois en béton armé qui dessinent ainsi l’emprise de la future gare, c’est-à-dire les contours de l’ouvrage : 2 "murettes guides" peu profondes en béton sont réalisées. L’outil de forage, guidé par ces murettes, permet de creuser un large panneau de toute la profondeur de la gare dans lequel le béton sera ensuite coulé.

Une fois les parois achevées, viendra le temps du creusement à proprement parlé de la gare. Il peut être réalisé à ciel ouvert par couches successives de terre excavée, comme à Villejuif Gustave-Roussy ou « en taupe », l’option retenue pour Villejuif Louis-Aragon. Une dalle de couverture est alors coulée en ne laissant qu’une ou plusieurs ouvertures par lesquelles hommes et machines passeront pour procéder au creusement et à l’évacuation des déblais.

Les étapes de construction d’une gare

2 ans de travaux préparatoires (2015-2017)

La phase de travaux préparatoire autour de la future gare Louis Aragon a consisté à préparer les futurs travaux de génie civil, c’est-à-dire de construction du métro en tant que telle :

  • Dévoiement des réseaux existants (gaz, électricité, télécom, eau...) à proximité des futurs  ouvrages du métro (sites industriels, gares et ouvrages  d’infrastructures). Ces travaux sont assurés par les concessionnaires des différents réseaux : Conseil départemental, ERDF - GRDF, Orange, Numéricable, Véolia...
  • Reconnaîssance du terrain et analyse des sols pour parfaire les méthodes de construction,
  • Démolitions et déconstructions nécessaires.
Aller en haut de page