Le gros des travaux a commencé

Après plusieurs mois de travaux préparatoires pour déplacer tous les réseaux (eau, électricité, gaz, etc.), le gros des travaux de génie civil a débuté sur le site de la future gare Gustave Roussy.

Après les travaux de pré-terrassement et de creusement et réalisation des parois moulées qui délimitent le contour de la gare (août-octobre 2017), le creusement du puits central devrait se poursuivre jusqu’à fin 2018.

Des nuisances maîtrisées

Pour la gare Villejuif Gustave Roussy, ce sont 100.000 m3 à déblayer pour les parois des fûts puis 200.000 m3 pour le creusement du puits de 42m. Une centaine de camions par jour gravite autour du chantier notamment pour évacuer les déblais.
Les responsables de la Société du Grand Paris oeuvrent pour limiter aux maximum les nuisances :

  • Un suivi permanent des nuisances avec système d’alerte installé sur les deux sites surveille les niveaux de bruit et les vibrations.
  • À Louis-Aragon, chantier installé en milieu urbain dense, des panneaux antibruit pouvant atteindre 6 mètres seront également installés, ainsi qu'une dalle de couverture pour un creusement non pas à ciel ouvert mais « en taupe ».
  • Une communication fréquente auprès des riverains sur l'avancée des chantiers.
  • Les camions (une centaine par jour) passent systématiquement par un banc de pesage et de nettoyage avant de quitter le chantier.
  • Grâce à la réalisation de la Voie des Sables, les camions ont un accès direct à l'autoroute (cette nouvelle rue permettra par la suite de désenclaver cette partie de la ville).
  • Pour l'ouvrage intermédiaire Jean Prouvé (puits d'aération et de secours situé entre les 2 gares) un tapis roulant permet d'évacuer les déblais sans faire circuler de camions

Le chantier de la gare Gustave Roussy en quelques chiffres :
- 90 ouvriers et employés mobilisés (dont une partie a été recrutée lors du Forum de l'Emploi de Villejuif)
- Une emprise au sol de 24.000 m2
- Un puits central de 66m de diamètre et des parois moulées de 42 m de profondeur
- 300.000 m3 de déblais
- 100 camions par jour
- 2 tunneliers qui doivent se croiser 6 étages sous terre en 2019

Aller en haut de page